Histoire de la communauté de Tressaint

La fondation

A la demande de Monseigneur Gouyon, archevêque de Rennes, et au nom des 12 évêques de la Région apostolique de l’Ouest, le père André-Marie van der Borght, Françoise Barbier, Marie-Françoise Schmidt et Monique Rengnet arrivent à Tressaint le 25 octobre 1966 pour fonder le Foyer.
Le père van der Borght est père du Foyer et Françoise Barbier est la responsable.

La première retraite a lieu le 26 décembre de la même année.
Dès l’ouverture du Foyer, ses membres organisent des retraites, dispensent des soins à domicile aux malades (1966-1993) et créent une petite école : le Centre d’Hôtesses de Maison (1969-1971).

La communauté s’étoffe d’année en année, les premiers hommes arrivent en 1968. Cette même année, les premiers membres prononcent leur engagement définitif au sein de l’Œuvre des Foyers de Charité.

En 1970, le Foyer répond à un appel en envoyant en mission des membres pour fonder un Foyer de Charité en Ouganda puis au Lesotho (Afrique du Sud) jusqu’en 2009.

De grands travaux d’agrandissement de la maison (salle à manger, salle de conférence, hébergement) démarrent en 1978.

L’esprit missionnaire

Le 5 septembre 1982, la communauté se laisse imprégner par l’Esprit Saint et la grâce du Renouveau Charismatique.

Les premiers groupes de jeunes d’aumôneries et de paroisses viennent au début des années 1980 pour se ressourcer, se préparer à la profession de foi, la confirmation…
Les premières retraites pour les familles et pour les jeunes sont proposées dès 1986.

Parallèlement, des retraitants se sentent appelés à vivre de l’esprit du Foyer de Charité dans leur milieu de vie, ainsi démarre la communauté d’Alliance en 1989.

C’est à la Pentecôte 1989 que la chapelle Saint Maximilien est inaugurée, elle permet d’accueillir un plus grand nombre de retraitants et les groupes de jeunes.

En 1990, Mana est nommée responsable de la communauté.

Avancer au large

Au bord de la mer, un nouveau type d’accueil débute pour des familles pendant les vacances, des personnes âgées seules en hiver, des prêtres et religieux en repos ou malades.

A chacun est proposé la vie de prière et l’atmosphère familiale de la communauté. Cette mission commence à Santec (Finistère) en 1983, se poursuit au Castel Sainte Anne à Trégastel (Côtes d’Armor) de 1984 à 1992 et à la Maison Saint François de Dinard (Ille-et-Vilaine) depuis 1991.

A la demande de notre évêque, Mgr Fruchaud (St Brieuc et Tréguier), en 1996, des membres de la communauté partent à Tréguier animer le Centre diocésain Saint Augustin jusqu’en septembre 2007.

Le 15 octobre 2003, le père Hervé Gosselin devient le père du Foyer.

Le 21 décembre 2004, le Père André van der Borght meurt en mission au Lesotho (Afrique du Sud).

En juin 2009, Marie-Claude Gaudin est nommée responsable de la communauté.

Depuis 2011, trois membres de Foyer sont envoyés en mission à l’évêché de St Brieuc, au service de notre évêque, Mgr Denis Moutel.

Le 10 janvier 2016, le père Hervé Gosselin est ordonné évêque pour le diocèse d’Angoulême. Le Foyer célèbre ses 50 ans.

Pour accompagner la croissance, de 2010 à 2012, une nouvelle phase de travaux permet la restructuration des salles à manger et l’adaptation des locaux techniques, la construction d’une salle communautaire et d’une nouvelle garderie, et l’amélioration de l’accessibilité.

Un nouvel élan missionnaire

Les réformes

Depuis 2016, avec l’aide de coachs professionnels, un parcours de formation humaine pour la communauté est lancé afin de travailler sur nos relations, d’ouvrir des espaces de paroles et d’élaborations communautaires.  

En octobre 2018, les révélations au sujet d’agressions présumées et d’abus commis par le père van der Borght ont été vécues comme un tsunami par la communauté. Dès l’annonce des révélations, un accompagnement communautaire a été mis en place avec l’aide de professionnels extérieurs à la communauté, notamment un psychologue de groupe. Ce travail de relecture communautaire, nous a permis d’intégrer et de mettre en mots les agissements du père van der Borght et les répercutions que cela a entrainé sur la communauté. Par ailleurs, un accompagnement psychologique individuel auprès de professionnels a aussi été proposé aux membres de Foyer. Dans cette réalité, nous soutenons les membres de Foyer de notre communauté victimes d’abus, tant ceux qui discernent un départ du Foyer que ceux qui souhaitent poursuivre leur engagement.

Nous accueillons le témoignage des personnes victimes, dans le même esprit d’engagement que celui pris avec détermination par l’Oeuvre des Foyers de Charité, de lutter et de prévenir contre toute forme d’abus.

En mars 2019, Camille Armellino est nommée responsable de la communauté.

De septembre 2019 à septembre 2022, le père Renaud de Kermadec est père du Foyer.

Nous avons entrepris une réforme de la gouvernance pour plus de collégialité dans les circuits de décision en travaillant en trio. L’aide et le recours à des intervenants professionnels extérieurs au Foyer, psychologues, coachs, juristes et communicants sont essentiels. Nous avons poursuivi la réorganisation de notre activité, pour plus de responsabilisation de chacun et pour dynamiser le travail d’équipe, en vue de la mission. 

En 2024, dans le domaine pastoral, nous avons poursuivi l’évolution de nos propositions pour répondre au mieux aux besoins de chacun : retraites de 1 à 6 jours, retraites personnelles, propositions nouvelles pour les familles, etc.

Nous avons à cœur de continuer à développer les collaborations ecclésiales avec l’église locale (paroisses de Dinan et de Dinard) et l’église diocésaine (diocèses de Saint Brieuc et de Rennes).

Ce qui est mis en place pour que notre Foyer soit une « maison sûre »

Sous l’impulsion de la réforme de l’Oeuvre des Foyer dans le domaine de la lutte et la prévention contre les abus, nous avons mis en place de nombreuses actions préventives :

► Mise en place d’une cellule de veille de membres de Foyer formés qui interviennent pour discerner et agir dès qu’une information préoccupante leur parvient.
Réorganisation des lieux d’accompagnement avec oculus sur les portes et lieux de confession dans des espaces ouverts.
Informations et charte de prévention envoyées à tous les intervenants des retraites.
Formation des animateurs de retraites de mineurs pour acquérir les bons réflexes et positionnements face aux jeunes, avec engagement d’une charte signée.